ART SACRÉ CÉLESIOS

 Symboles Sacrés, Logos, Bijoux Énergétiques..

 

A LA CUEILLETTE DU MERVEILLEUX

1. Le symbole – la Source de Vie

 

De tout temps l’homme s’est servi de symbole pour exprimer une idée, faire passer un concept, une transmission, car au-delà de la notion d’intelligence il fonctionne essentiellement de façon « instinctive » grâce à ses sens et sa sensitivité liée pour beaucoup au beau.

 

Depuis des millénaires ce concept est vrai car la notion même de développement mental chez l’homme était évolutif, entre conscience animale ou grégaire, de masse, et soi conscience…

Mais, comme l’homme possède une très bonne mémoire visuelle et imaginative ; c’est sur cette « madeleine » qu’il est possible d’édifier une re-connaissance à soi, tout en posant un savoir, ou une tradition, un enseignement…. Une histoire.

 

La mythologie en est la parfaite expression, elle est à multiple niveaux de compréhensions et saisies, car les images symboliques utilisées sont en lien direct avec la conscience et en ce sens s’adapte à chaque niveau d’évolution de l’homme ; chacun y puisera ce qui lui parle, ce qui répond en lui, ou plutôt la partie de lui-même qu’il est apte à comprendre ou à saisir ; et ce toujours dans un but de construction de sa personnalité intégrée (c’est à dire aspect physique émotionnel et mental) , et de révélation à lui-même en tant qu’être (au niveau de l’âme, et des champs de consciences supérieures).

 

Un symbole en effet travaille à tous les niveaux de l’être, à tous les niveaux de son non-soi – sa personnalité – et de son soi – son être jusqu’à sa source de vie -.

Beaucoup des saisies se font inconsciemment, mais l’image visuelle ou conceptuelle, de par sa forme et onde de forme porteuses, va œuvrer en l’être comme une résonnance « juste », conforme,  de reconnaissance avec ce qu’il Est au plus profond, en tant qu’Essence de vie.

 

Pour cela , il est essentiel que le logo ou symbole soit «  sacré »,  c’est-à-dire conforme à la réalité de la vie, conforme à la cause, au monde des causes, ( et non pas à l’effet) , que l’origine du symbole émane de la source « au plus haut du mieux » accessible, répondant ainsi également, dans un deuxième temps, à la science des nombres, à leur richesse et force d’expression, en tant qu’archétype de construction de l’aspect vie qui se déverse dans la forme exprimée ensuite.

 

2. La source de vie – Le non-différencié

 

 

Trente ans d’expérience dans le monde de l’énergie et de cheminement éthique en tant qu’être me permettent d’avoir l’intime conviction que le symbole sacré peut-être puisé, ou plus exactement, cueilli là où l’idéation première a été formulée ; là où sortant de l’absolu, puis de l’absolu relatif, la première pensée formulée - riche de tout son potentiel multiple, divers et varié, mais non encore différencié -  apparait et constitue en elle-même la Gange matricielle de vie de l’Unité.

 

C’est le diobole, (issu de foat l'Esprit pénétrant la forme) , contenant le non différencié qui en tant que vie n’est que rythme pulsatoire, telle La Présence , La Plénitude, sans limite, sans fin, comme l’est la plus grande, la plus originelle de toute pensée, La Pensée de la Mère  Céleste, car fondamentalement  ‘ tout est Brahma ’. Notre existence divine est de base « Exit », c’est-à-dire sorti vers... pour embraser les « robes de la Mère divine »

 

De cette onde de vie, pur souffle rythmique émanant de l’absolu, se crée le mouvement lent, ondulatoire, imperceptible, mais doux, fort,  régulier et constant d’un infini ∞ d’Amour ; des eaux primordiales, le barattage révèle lentement une gémellité de l’unité. La transformation en énergie de la pensée-superconsciente infusée dans cette première réalité donne toute la force matricielle de vie.

 

Ainsi, lentement, la polarité se révèle en cette unité hermaphrodite de présence ; de l’énergie Mère et de son « noyau » l’homme ; l’un ne pouvant être sans l’autre, le noyau ne pouvant exister sans une réalité de substance, la substance ne pouvant restée structurée sans noyau magnétique…

                     Légende d' Aquarius; H.Céles

Aqua rius - Eau rieuse - eau vive donnant naissance aux deux monades gémellaires, car la Pensée, - la mère - est amour et déverse sa force vitale, le Père actionne le mouvement par le souffle qu’il infuse.... Ce qui donne en rythme le barattage des eaux et la naissance auto crée par ce frottement de la force vitale et du mouvement, ......L'onde de vie rythmique, harmonique, pulsative est la naissance de tout ce qui Est

 

 L'art du masque au niveau créateur révèle l’autocréation et ses mystères. Chaque main et ses doigts représentent le E et sigma (épousailles des dragons de sagesse, mais aussi axe zénith-nadir, accès à l'aspect VIE). Le tout avec la tête du verseur d'eau représente la Gange (littéralement "l'enclos de l'or" selon éthymologie latine et phénicienne) ou conque matricielle.

 

 

 

3. Le non-différencié – Le Merveilleux

 

 

A ce niveau, tout est encore, unité, force et richesse de vie, la polarité est marquée, mais non dissociée.

 

Deux mondes apparaissent indissociables de présence ; le monde de l’homme et le monde des êtres-énergies ou dévas, les deux ne faisant que se révéler l’un à l’autre tout au long du parcours dans la forme (incarnations), pour mieux se transcender, évoluer de plénitude, grâce à la richesse des expériences, épanouir la conscience, donner une pleine dimension aux créatures crées que ne sommes et qui devons redécouvrir par ce moyen la pleine richesse et potentialité d’un créateur, dont nous sommes issus, et que nous sommes fondamentalement en redéployant en nous ces richesses.

 

Le symbole:

Le S : serpent de Sagesse ; chant - champ d'expressions

Le Y : polarités non différenciée (ou dualité dépassée)

Le M : onde matricielle du déversement de l’Amour dans la forme : force d'Amour

Le Bole : ce contenant

BÔ - la vache royale ou céleste en Gallo

Le symbole vu sous cet angle de l’aspect Mère Céleste pourrait être ressenti comme issu des eaux matricielles, ou lait nourricier, et s’écrire « seinbole », la gange, « le contenant des richesses, 13 or », la pépinière de vie, des vies….

 

Dès lors il est plus aisé de comprendre l’importance d’une source haute et noble dans la cueillette créatrice d’un logo, car plus celle-ci rejoint la source, plus il devient véritablement l’expression de la pensée idéalement crée, relève du Verbe créateur, de la parole de laie, (issue du seinbole)…..

 

En ce cas le symbole porte en lui toutes les richesses de vie, tout en étant calé sur l’objet, l’unité créée. Il est à la fois UN et Multiple. Il porte en lui force et couleur, la ligne humaine et celle dévique, il est à la fois le sens vers, l’axe de ce que l’être Est, et la substance qui le structure et lui donne force de présence, il est le point et le tout car rejoint en lui toute la potentialité de ce qu’il est fondamentalement ; la Vie.

Le sens ; le 2, l’Amour fondamentalement, je vrai sens de l’homme ; zénith – nadir

La substance ; le 4, l’expression dans la forme ; nord-sud-est-ouest

L’homme est le 6, expression lumière de l’aspect Mère illuminée en tant que Fils-Père ; oeuvrier.

 

    Bague ISMARIA - Hélène Céles

 

Le 6 sacré représente les épousailles de ces deux lignes d’évolutions qui se retrouvent grandies en leur unité et plénitude.

Les Mystères de la Mère ou Merveilles …. Ce Merveilleux est caché sous ses voiles, et représente à la fois la potentialité, donc toute la force et la puissance, et aussi l’expression donc toute la multiplicité, diversité et richesse... Ce Merveilleux révélé est protoson (aspect du glyphe sacré), où l’onde de forme est elle-même un tout, un son, une forme archaïque originelle, un parfum… c’est un tout plein.

 

 

4. Le Merveilleux – Les Célestices

 

 

Les égyptiens appelaient le fleuve représentant les eaux de cette Gange de merveilles (corps imputrescible ou pierre philosophale , lié à la pensée pure) l’arcobolète ; il donnait naissance et contenait en lui les présences de vies originelles, multiformes, hybrides : les Célestices.

Elles dominent tous les éléments de la nature et peuvent ainsi vivre sur tous les plans, ou fréquences vibratoires de la manifestation… terre, eau, air, feu…. (Corps physique éthérique, émotionnel, mental composite ou analytique,  être permanent, mental divin, bouddhique, atmique (pensée universelle), monadique (UN)…)

[Elles en sont la synthèse et l’émanation. Cette conception de l’hybridité remonte aux anciennes cosmogonies. Le monstre hybride est le témoin d’une ère primitive où la séparation des éléments n’est pas encore effective. Il est une figure de l’archaïque confusion qui régnait à la création du monde. Il a gardé en lui la mémoire de ce monde premier. (Philippe Walter. La Fée Mélusine) ]

 

Elles ont l’expression et les qualités de cette multitude, car à la source de vie ; poisson, oiseau… les différents règnes de la nature exprimant leurs vertus, attributs, niveaux de conscience, qualités et sens de création… Leurs apparences saisissables pour notre mental humain sont polyformes, polysubstances…. Et en même temps très primaires tout en étant très puissantes de justesses et simplicités…

 

Toute cette variété répond à la structure physique des différentes substances d’expression de la forme développées chronologiquement à travers ses différentes phases de création : période adamique, lémurie, atlante, et celle d’aujourd’hui… (Antropogénèse – HP Blavatsky)

 

Ces êtres protéiformes, hybrides, émanant de l’essence  - évoqués  sous le nom parfois de monstre hybrides , ou daemon, par les grands Sages de l’antiquité  , étaient en réalités les dieux manifestés, que l’on pourrait même appeler « âme », par rapport à la divinité Une.

[Dans les œuvres originales hermétiques et dans les classiques de l’antiquité, ce mot avait un sens identique à « dieu », « ange » ou « génie ». Le Daemon (ou Daimon) de Socrate est la partie incorruptible de l’homme, ou plutôt le véritable homme intérieur que nous appelons « Nous » - rien à voir en tant qu’origine avec la notion déformée orthodoxe chrétienne (Glossaire - H.P.Blavatsky) ]

En Mésopotamie ces êtres étaient qualifiés de Génies, car Esprit de toute plénitude et potentialité, par rapport à la forme incarnée humaine. (Avec le temps, et à un niveau bien inférieur, l’homme en a fait ses bons ou mauvais génies… ).

 

Saisis en conscience, à leur source de vie, ces Célestices étaient positifs et « Complétude* ».  (*Mis au singulier car la Complétude ne peut être qu’UNE et non-différenciée)

 

Comme les cycles d’évolution humaine, cette ligne doit s’exprimer, s’expérimenter pour grandir et exister, et voguer, insuffler de présence sur toutes les fréquences vibratoires ou plans d’existence des logos, planétaires, solaires, cosmiques…

De même, par vagues ou ondes de vie, naissent des vies énergétiques plus ou moins avancées en réalisation, qui constituent la substance, et qui, bien que sous l’égide de tel ou tel Esprit, auront à en acquérir toutes les vertus, et attributs.

 

 

 

5. Les Célestices – La Conscience

 

Ainsi l’UN en s’extériorisant, le Logos – miroir qui reflète le mental divin -, va s’exprimer par l’appréhension, tandis que  son aspect Mère, sa pure expression dans la forme, ou substance lumière, va devoir s’exprimer par la compréhension. C’est pourquoi celle-là n’aura de cesse d’évoluer par l’expérimentation; véritable bras de levier pour l’illuminer et permettre les retrouvailles du SOI unifié par la conscience.

 

Il semble possible de dire que le monde de l’énergie ait à acquérir la conscience, à tous les niveaux, jusqu’à la supra-conscience … tandis que le monde de l’homme doit apprendre l’expansion, et le sens du Être…. Le plan et le dessein re-fusionnant sur tous les plans d’expression et de vie pour se retrouver en tant qu’UNité créatrice.

 

Ainsi, le point commun  de contact et d’échange, entre la ligne humaine et la ligne dévique, se rapporte à la conscience  qui permet les saisies et prises de conscience, qui transforme et transcende ; et qui est surtout le véritable moteur transcendant de Guérison de l’être.

La fréquence vibratoire commune d’expression ou langage commun universel lié à l’aspect VIE est le symbole. Et cette fréquence vibratoire sera d’autant plus forte que sera riche le non visible … la puissance réside dans ce qui est caché et qui a tout lien d’UNICITÉ de la vie car préservé de potentialité, et non exprimé en apparence.

 

 

 

 

Plus celui-ci sera de haute nature, le plus conforme à la source, plus la saisie pourra en être faite par des êtres énergies en « conscience de soi », ou de haute conscience, c’est-à-dire des êtres-énergies de niveau d’évolution équivalent à celui de l’homme, ou de conscience planétaire, solaire, ou cosmique… ou Esprits, Souffles de Vie.

Le but de cet échange et dialogue entre cette double ligne de vie est toujours l’UNION, l’EXPANSION, LA CRÉATION ; l’apport commUN, la Clarté, la trans-parence, et surtout le RESPECT, car le véritable Amour n’est que s’il y a Respect, Compassion et Gratitude notamment envers la Mère Céleste, ou Complétude.

Le symbole sacré traduit tout cela, toute la richesse, la potentialité, et la force de vie. Il œuvre magnétiquement car rayonne une fréquence vibratoire de type solaire, ( et non lunaire), et son onde de forme agit comme un souffle porteur de votre propre être, car en réalité, étant tout issu d’une même source UNE, les parties de nous-mêmes auxquelles nous re-fusionnons ne sont en réalité qu’un aspect énergie de Mère Nature (sakti), ou Mère Céleste, et en nous réalisant, en nous trouvant, en nous unifiant à nous même nous nous unissons au monde, au divin…

Tout n’est qu’UNité.

S’élèver soi-même, c’est élever le monde…

 

 

Toutefois, il est important de bien saisir cette nuance de Respect, car tout est dans le respect des êtres-énergies qui sont nos interlocuteurs mais qui en réalité ne sont qu’une partie de nous-mêmes.

En ce sens il est essentiel de vivre un comportement conforme à son Éthique, afin de toujours solliciter les êtres-énergies de hautes vibrations, et de ne surtout pas vouloir asservir quelques-uns de types plus lunaires. La démarche et réalité du symbole ne seraient plus lumineuses, portées en tant qu’être, mais dans une relation de dominant à dominé, et basculeraient en conséquence dans le négatif.

 

6. La Conscience – l’Œuvrier

 

- Tout symbole n’est qu’un outil intermédiaire…. Un moyen d’accès qui cessera d’être quand l’être SERA dans sa totalité retrouvé.

- Il est le langage de communication horizontale (entre les hommes) et vertical (avec le divin) universel

- Il est au delà de tout mental car est raccordé à l'aspect vie et à ses facultés supérieures

- Il est donc le point de contact médian entre deux mondes qui ne sont qu’UN,

- Il est la clé de voûte de l’Arche du compas (et de régulus); temps et espace - 0

- Il est en réalité un révélateur à soi pour le SOI. Et n’œuvre que pour l’Unicité de la vie (et non la séparativité).

 

C’est un outil d’expression, un langage universel, énergétique, magnétique, qui porte en lui richesse du monde de la forme, depuis sa structure archétype ; les nombres, jusque ses couleurs…  mais son onde de forme exprime la réalité énergétique subtile sur lequel l’être ou l’entité sociale est calée, et a son existence. De l’unité du tout, cette source énergétique pourra passer notamment par les constellations, les planètes et être relayée par elles avec sagesse et vertus de celles-ci en tant que grandes entités de vie.

 

- En tant qu’onde de forme, il permet l’ancrage au plus bas sur le plan physique éthérique des dévas, êtres-énergies, qui nous facilitent le rapprochement en nous-mêmes de notre aspect énergie (sakti à un autre niveau), en ce sens une aisance est apportée à celui qui vit tant son quotidien que sa spiritualité en tant qu’Être.

 

- Il traduit le cœur de vie, l’axe, le sens, la mission de vie, l’aspect esprit-matière unifiés, c’est-à-dire le « . », le point 0 du « chant-champ des possibles »; le passage, par la voie du microcosme où Mère Céleste cache ses voiles, entre le monde des apparences, et le monde des causes… le jambage qui permet d’approcher, voire de cueillir la réalité objective et une, et non différenciée ; la réalité des Célestisces ou Esprits au sein de cette Gange matricielle des eaux primordiales….

 

 

 

7. L’oeuvrier – La Transformation du monde

 

Le symbole entraine un courant porteur car les Esprits de la « Mère Veille » peuvent déverser leurs bienfaits, forces et vitalités, discernement, clairvoyance, intuition…

Il soutiendra donc en sa « mission de vie » l’être aux nobles intentions de Service à la Vie pour le Bien de l’Ensemble, l’Amour fraternel, les justes relations humaines… En ce sens, l’être se révélant à lui-même dans l’action dynamique devient un véritable oeuvrier et contribue à la transformation du monde – tant dans l’acte lui-même, que dans la substance élevée.

Mais attention, ils ne sont pas "miraculeux" ou " magiques "  car, en lien avec la conscience, ils respectent pleinement les lois naturelles de la vie, et notamment celles du passif karmique de chacun, et ainsi ne se substituera pas au solde de rétribution des vies passées. Chacun aura à restaurer ce qu’il a antérieurement malmené ; les points de faiblesses seront à transcender en forces de vie.

Ainsi, « le présent imminent » est juste pour chacun, à qui sait ouvrir ses bras vers ses propres énergies en épousailles de Respect, d’Amour et de Lumière envers Mère Nature, et tous ses règnes de Vie sur terre.

 

                                                                                                                                                                               Hélène Céles

 

Louve-Dragon

Janus

Triton

 

 

 

*   *   *

 

En savoir plus ...

 

Voir  la rubrique "Symbole" 

Hélène Céles

sur le site www.cinquiemeregne.com

 

 

Découvrir la Vidéo Art Alchimine Symbole ...

Hélène Céles

sur la chaine YouTube Célesios Logos Bijoux

 

 

 

 

 

Voir également  "La cueillette"  ou "Réception"  Hélène Céles

sur le site  www.cinquiemeregne.com

 

Ces pages expliquent le processus par lequel HC est passée en tant que phase préparatoire et apprentissage

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Célesios - l'Univers d'Hélène Céles