UNE ÉCHELLE VIBRATOIRE

Art et Énergie  :  Un nouveau concept vibratoire de VIE

  • L'art est un moyen d'expression qui traduit une idée, un symbole.

Aujourd'hui l'art couvre tout un champ d’expression multi-formes, multi-qualités et il est presque possible de dire que tout est art tout au moins avec un petit « a ».
Pourtant, à l'Art s'associe le mot beau. « C'est beau ! Ce n'est pas beau ! ».
Comment placer une échelle de valeurs sur un objet, un parfum, une musique, une peinture ? Tout est tellement subjectif. C'est impossible si l'on garde une vue humaine.

Les valeurs sont, semble-t-il, différentes, les individus étant tellement divers et différenciés. On dit : « j'aime. Je n'aime pas. »Voilà la principale réaction spontanée. On fait appel au subjectif, à l'émotionnel ou au mental selon le cas.
Les sens saisissent le corps émotionnel, ou le corps mental, ou les deux ensemble. Ce ou ces-derniers enregistrent les perceptions, les analysent, les renvoient au cerveau qui synthètise et en exprime la perception. Mais l’abord initial se fait par les sens. Ainsi, l'individu tout entier réagit subtilement face à l'objet, la sculpture, la musique...


Si un nombre considérable d'hommes aiment une œuvre d'art, on enregistre alors une tendance positive sur une échelle de valeurs positives - négatives. Mais cette échelle est fonction du niveau de conscience des individus, et du développement, épanouissement et maîtrise de leur corps astral (ou émotionnel) et de leur corps mental. Si la majorité estime « aimer cette œuvre », elle l'associe donc au beau. Mais selon leur niveau de réalisation, à quel niveau d’exigence se place « leur » beau ? Est-ce un beau qui va dans le sens de l'épanouissement de la vie ? ou non ?

L'art peut s'appréhender de façon spontanée et sensitive, ce qui en est sa meilleure préhension, ou de manière mentale, mettant en œuvre alors la reconnaissance des compétences techniques, de maîtrise... Là, le mental dissèque, analyse, étudie les pourquoi et les comment. Dans ce contexte, on peut avoir devant soi une œuvre dite « d’art » mais qui n’abordera pas les notions de beau, d’esthétique; il s’agit de reconnaissance d'un nouveau style, du travail, de la technique… reconnaissances purement humaines, sociales, selon des normes établies en propres par l’homme et son mental. un courant, une mode est crée.

  • Sortir des jugements subjectifs de l’homme, opter pour des valeurs objectives selon une mesure divine.

 

On ne peut situer cette échelle de valeurs qu’en la faisant coïncider à l'échelle énergétique positive - négative établie hors de toute considération humaine. Comment ?

L'objet émet un rayonnement, une vibration positive, il déploie des qualités subtiles que l'homme ressent : il apaise, il offre une impression d'espace, de pureté... Il tendra vers le Beau.
L'objet émet un rayonnement, une vibration négative ; il se traduit pour l'homme part de l'inquiétude, du tourment, de la grossièreté, du vulgaire : il tendra vers le laid.

Au-delà de la valeur subjective, cette échelle des valeurs énergétiques est indépendante de l'homme, et est établie par la Nature elle-même : ondes, radiations, fréquences vibratoires...
Cette échelle situe la qualité et l'intensité de la radioactivité naturelle que dégage l'oeuvre. Celle-là se mesure au moyen d'un pendule. Son unité de mesure est l'Angstroëm, lisible au moyen de la table d'angstroëms.

 

 

* Voir la page "Utilisation du pendule" sur le site : le cinquiemeregne.com
* Voir le livre d'Anna Maël : « Le pendule du cinquième règne, ou comment dialoguer avec les êtres énergie ».

Éditions Alphée.

 

 

Seul, le Grand Architecte de l'Univers (ou quelque soit le nom qu'on donne à cette force énergétique qui sous-tend les mondes) en a posé les principes et lois. Aussi, est-il plus facile de se baser sur cette vue énergétique qui redonne une valeur éthique à toute création.

* Ainsi, plus une œuvre est positive plus elle hisse l'homme vers le Beau, le Vrai, le Bien ; dont la synthèse est le Pur, lui-même étant une approche de la Perfection donc du Divin.
Dans cette optique, le Beau peut être associé d'un certain point de vue au spirituel (et non pas au religieux) ; là où l'âme (ou être intérieur) ressent, là où l'âme s'exprime.
Il existe nombre d’œuvres spirituelles (dont la source est puisée sur un plan lié à l’universalité de conscience), et non pas religieuses.

Si l'artiste cueille son idée sur des plans énergétiques de haute qualité, il apportera à l'homme, par son œuvre, un rayonnement, des qualités vibratoires énergétiques favorables à son épanouissement et bien-être.
En effet, celui qui saisit la source de sa création à ce niveau traduit et exprime ce niveau précis, à supposer que sa qualité d'expression soit conforme à sa saisie première.

* Ainsi, si l'artiste cueille son idée (qui deviendra son support d'expression) sur des plans énergétiques de basses vibrations, l'œuvre ne pourra traduire que des vibrations d'énergies de faibles intensités et qualités qui, par rapport à celle de l'homme, ne lui apporteront rien, ou plutôt lui apporteront des influences médiocres voire même de destruction.

  • Comment déterminer cette échelle énergétique positive - négative ?

 

Cette échelle énergétique est liée à la constitution du corps énergétique de Celui qui donne la vie à la planète dans lequel l'homme et tout être vivant sont intégrés et constitués.

 

Cette structure énergétique définit la Nature de ce qui Est.

Les lois naturelles de tout ce qui Vit.
Ces éléments peuvent être retrouvés dans les propos d'Alice Bailey qui expriment dans ses livres les pensées du maître tibétain Djewal Khul.

 


Chaque niveau vibratoire correspond à un plan énergétique,

ou encore un niveau de conscience et ce, dans la relation Esprit-Matière.

 

 

Tableau : Constitution occulte de l'homme
Voir explications si besoin                                              


 

 

 

  • Cette échelle a-t-elle un lien avec quelques valeurs dites «morales» ?

 

Nous ne sommes pas ici dans le « religieux », même lorsque l’art sacré est évoqué. Les hommes d'église ont donné au rapport Bien - Mal un sens de culpabilité. « C'est mal, tu es coupable, tu iras en enfer... ». Ces propos sont aujourd’hui exagérés mais ont été bien réels dans le passé et l’homme en porte encore le formatage inconscient.

Les lois universelles sont plus simples et fondamentalement unitaires. Elles retirent tout sentiment de culpabilité, car tout est nécessaire à la vie, et chaque parcelle existante est en évolution, toujours calée pour s’élever entre un plus grand et un plus petit.
À la notion de renaissance pour progresser sans cesse, - « s’expandre » - est associée la notion de rééquilibrage ou "rétribution", chacun sait fondamentalement ce qui est juste pour lui ; et l'être intérieur donne l’opportunité de rééquilibrer par l’expérience ce qui fut en déséquilibre ou faiblesse ;  « chacun doit nettoyer ce qu'il a souillé ».
Dans le cadre de l'épanouissement de la personnalité, nous sommes passés, à travers nos vies, par toutes les faiblesses possibles d’apprentissage à la vie. Il fallait bien évidemment expérimenter la Vie, découvrir les lois naturelles, arbitrer le "être" et le "paraitre" de la personnalité, pour que l’individu aspire à sa réUNification harmonieuse en/de SOI. Aussi, est-il normal que cette loi de rétribution nous stimule et oblige à réparer ce que d’aucuns appelleraient des erreurs.

 

« Sur terre il n’y a pas d’erreur, il n’y a que de l’expérimentation »

 

Personne pour nous juger. Seul, notre être intérieur (âme) donne le tempo. Celui-ci en tant que Seigneur de Karma (Grand être plein de sagesse) élabore et met en place les opportunités de dépassement telles des aiguillons stimulants du Bien qui nous permettront de rééquilibrer et solder le passé, de comprendre l'erreur, et la conscience de ne plus recommencer. Ainsi est la progression, et ce mot « moral » n'a pas lieu d'être puisqu'il n'y a pas de culpabilité... Ou alors, chacun et tous sommes coupables de notre enfance aveugle, de notre ignorance de jeune être; ce qui n’est qu’un état de passage normal dans le champ de progression de tout être, de tout individu. Mais attention, cette vue n'ôte pas la pleine conscience et la responsabilité des actes faits dans le passé. Il doit y avoir Respect de la Vie, humilité, et pardon pour progresser et se libérer du passé.

 

  • L'art est abordé selon sa valeur énergétique

 

Cette notion de l'art est abordée selon sa valeur énergétique, elle-même liée à l'aspect spirituel et divin, ce qui alors définit un art dit « sacré ».

Pour être sacré, l’art tendra à être conforme à la Réalité de la Vie, à son essence.
Il pourra notamment dépendre:


- De sa source d’émanation (Plans vibratoires des plus hautes qualités : atmique, monadique, adique),
- De la fidélité de représentation par rapport à la saisie,
- De la qualité vibratoire au plus pure de l’artiste (ce 3è élément étant implicite aux deux premiers),
- De la qualité vibratoire des matériaux employés,
Ces quatre aspects qualifiant énergétiquement donc vibratoirement l'oeuvre réalisée; en effet, celle-ci porte en elle l'empreinte énergétique de ces éléments.

  • Le développement de l'art nouveau - Alice Bailey

 

" Cet art sera l'expression d'une réaction sensible aux idées. L'art du passé a exprimé surtout la compréhension, par l'homme, de la beauté du monde créé par Dieu, soit l'extraordinaire merveille de la nature, soit la beauté de la forme humaine. L'art d'aujourd'hui est encore une tentative presque enfantine d'exprimer le monde du sentiment et les manières intérieures de sentir, ainsi que les réactions psychologiques et émotionnelles qui gouvernent la masse de la race. Elles sont, cependant, au regard du monde de l'expression du sentiment ce que les dessins des hommes des cavernes sont au regard de l'art de Léonard de Vinci. Aujourd'hui, c'est dans le domaine des mots que ce nouvel art s'exprime de la façon la plus adéquate. L'art de la musique sera celui qui, ensuite, s'approchera le plus de la vérité et de la révélation de la beauté qui apparaîtra. Les arts de la peinture et de la sculpture suivront plus tard. Aucun d'eux ne constitue l'art d'exprimer la création des idées, et ce sera là la gloire de l'Age du Verseau ".

P651. [15@708]. Psychologie ésotérique II.Alice A Bailey. Ed.Lucis
 

  • Qu'en est-il de cet Art intemporel et véritable ?      Qu'est-ce que l'art sacré ?

 

- C’est l'expression la plus haute, la plus divine de la Réalité de la Vie, liée à son essence même,
- L'expression conforme à cette Réalité et aux lois de la Nature.

- L'Art Sacré est l'expression du Divin et peut se traduire sur tous les plans de manifestations, et dans toutes les différences de représentation.

  • Les écoles de l’antiquité nous ont appris qu’il existait les arts libéraux, les arts serviles et les beaux arts, qu’en est-il ?

 

* Le Vrai

Les arts libéraux ont été à l’origine de notre type d’enseignement. Ils correspondaient, dans leur approche, à l’état d’esprit de l’humanité d’alors, selon son niveau de conscience. A un certain niveau d’interprétation, il pourrait être possible de dire qu’ils représentent l’aspect du Vrai, lié au plan mental supérieur, bien que chacun d’eux, vu sous un autre angle d’inclusivité, représente les énergies principales des sept rayons sources, pourtant, ils expriment chacun ce qui est manifesté, à quelque degré de réalisation que ce soit, et n’est donc pas encore la plus pure expression divine ; en toute relativité. Mais est-t-elle vraiment accessible ?

Comme on le sait les arts libéraux se divisent en deux degrés : le Trivium et le Quadrivium. Le Trivium, qui signifie les trois chemins en latin, concerne le pouvoir de la langue et se réfère à l'étude de la grammaire, la dialectique et la rhétorique. Il s’agit là des trois aspects du Verbe. Le Quadrivium, les quatre chemins du second degré, se rapporte au pouvoir des nombres et se réfère à l'arithmétique, la musique, la géométrie et l’astronomie.


* Le Bien

Les arts serviles traduisent la catégorie des compagnons oeuvriers. Potiers, charpentiers… Rien que le mot « servile » traduit l’aspect inférieur. Pourtant ces arts évoquent avant tout l’aspect « Serviteur » de l’être pour l’Homme, et le Divin s’il est exprimé en art sacré. Ces arts sont d’égale importance aux deux autres. Le fruit de cet art produit un bien matériel au sens noble, bien qui sert au Bien de l’ensemble. Ils s’expriment également en sept notes ou classifications majeures ; ou corps de métier contenant en eux de multitudes de variantes et spécificités.


* Le Beau

Les Beaux-arts traduisent comme leur nom l’indique la recherche, l’épanouissement et le déploiement du Beau. Ils se déclinent en de nombreuses activités qu’il est également possible de classifier en sept catégories majeures. Ces trois formes d’art sont de même importance, et sont interdépendantes ; L’un ne peut se réaliser sans l’autre ; (la beauté d’une équation mathématique ne s’appelle-t-elle pas « élégance » …) Ils représentent chacun l’un des trois rayons majeurs de la trinité :
- 1er rayon : Le Bien ; La Volonté divine ; l’aspect Père ou Vie ou Esprit.
- 2ème rayon : Le Beau ; l’Amour divin; l’aspect Fils ou conscience
- 3ème rayon : Le vrai ; l’intelligence divine; l’aspect Mère ou la Forme.

Dans leur manifestation, ils représentent les 3 X 7 aspects expressions de l’aspect Père ; 21 facettes représentatives, mais aussi les 7 x 7 x 7, soit 343 notes et sous notes manifestées ; ou aspect Mère. C’est dans ce champ d’expression que le fils que nous sommes, l’homme, peut trouver sa réalisation en tant qu’être (3 +4+3=10 ; soit le point dans le cercle) et, découvrant les lois de la vie, peut appliquer les bases de cette connaissance sur l’aspect pratique. Il se réalise en élevant la substance. Par lui, le matériel se transmue en spirituel. Il élève le taux vibratoire de la planète. Le fils devient un « oeuvrier » ; un participant spirituel actif et dynamique au Grand OEuvre.

Par cette réalisation liée à la Mère et sous l’action de poussée en avant du Père qui l’incite à synthétiser les énergies, il intégrera la trinité. Des quatre plans inférieurs liés la nature, il passera, en tant que niveau de conscience sur les trois plans supérieurs liés au Père. Le 4 sera transcendé en 3. (Manifestation et essence). Les quatre facettes de manifestation de chacun des trois aspects de la trinité sont parfaitement épanouies. 3 x4 =12. L’homme réalisé dans sa parfaite expression de la Mère 12 fusionne à l’expression du Père 21 pour donner symboliquement la fusion Lune Soleil ; 33 ; soit 3 x 11 ; il incorpore alors la trinité solaire ; les énergies supérieures liées au champ de conscience du logos solaire…

  • Vu sous l'angle des rayons :

 

Mieux comprendre les rayons

 

Si l'on considère qu'au-delà des trois rayons majeurs (la volonté divine, l'amour sagesse, l'intelligence divine), il y a les quatre rayons qui émanent de ce dernier, encore appelés rayons d'attributs (l’harmonie par le conflit (rayon de l'humanité), la science, l'idéalisme et la dévotion, et l'ordre cérémonial), on peut dire que chacun de ces rayons contient en lui l'expression des six autres.
À ce titre il est facile de concevoir qu'il y a 7 x 7 soit quarante-neuf champs d'expressions majeures et différents liées à chacune de ces émanations. Ainsi, dans ces classifications majeures se déclinent les 49 expressions dans la manifestation.

Tout ce que l'homme produit, (émanation de l’intelligence par les « mains » car nous serons toujours dans la partie manifestée, à quelque niveau que ce soit), et qui va de l'idée à la réalisation physique, entre dans l'une de ses catégories : la musique, la médecine, l'art culinaire, la peinture, la sculpture, l'architecture, astronomie , la taille de pierre, le vitrail , l’art de la guerre, l’art de l’éloquence, la danse, la joaillerie, etc.

Toute la manifestation se traduit :
-- soit de façon vulgaire et à ce titre « fleurte » plus ou moins avec le négatif et côtoie le monde astral ou mental-désir,
-- soit dans le cadre de l'art sacré, si l'homme, le fils, a conscience de ce qu'il est en tant qu'intermédiaire entre le divin et le terrestre.
Plus il répond et exprime la loi des harmonies universelles plus il tend vers l'art sacré. Plus il s'élève en conscience pour capter " les idées intuitives" des plans supérieurs à l'âme, plus il pourra faire descendre sur terre une réalité divine.
C'est ainsi que s'élève le monde, L'homme doit redevenir un "oeuvrier", comme l’exprimât le courant de pensée du Moyen Âge avec ses Alchimistes (qui déployèrent tant la théologie que la science, se servant de cette dernière pour pénétrer en compréhension la première), Architectes et Compagnons bâtisseurs de cathédrales.

L’art sacré permet à l’être du 5ème règne qui l’exprime de devenir Créateur.
Tout en cueillant à un niveau supérieur les idées divines conformes à la Réalité de la Vie, il les sème dans le Mental humain et participe en tant que Serviteur de la Vie à leur application sur terre.

Ainsi l'Art Sacré est le moyen et la technique de mise en application du plan divin, conforme au dessein de Celui qui donne la vie à la planète.
L'homme du cinquième règne est également à ce titre constructeur. Il édifie par son art le monde de demain. Il se transforme lui-même pour transformer le monde.

Il est le maillon indispensable à cette réalisation ; par sa réalisation et son art, en tant qu’être il transmue, transforme et transfigure la substance. Comme il y a le concepteur, le maître d'oeuvre, et les ouvriers. L’un ne peut rien faire sans les autres, et vice versa.

Quand l’homme quittera le vulgaire, c'est-à-dire ne sera plus dépendant des mirages liés au plan émotionnel ou astral, et des illusions liées au plan mental concret, il accédera aux énergies supérieures, expression du Père, et rayonnera le Beau , le Bien, le Vrai dans toutes ses facettes de manifestation.
Il participera alors au Grand OEuvre de l’Architecte de l’Univers et sa vie de tous les jours s'exprimera en tant qu'Art Sacré, car conforme à la Réalité dans son essence ; tout ce qui est manifesté en sera l’expression.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Célesios - l'Univers d'Hélène Céles